Mon Histoire

J

e suis médecin entrepreneur franco-libanais, j’ai 34 ans, je suis né au nord du Liban dans un petit village à côté de Tripoli, au sein d’une famille modeste disposant de très peu de moyens, je suis arrivé en France après un baccalauréat libanais en 2004 à l’âge de 17 ans, sans argent, avec seulement une valise et des ambitions, je ne parlais pas français. J’ai dormi à mon arrivée pendant 3 mois dans les couloirs de la Faculté de Médecine de Marseille à La Timone en attendant une chambre au CROUS...

Je suis issu d’un quartier défavorisé, et pendant mon enfance j’ai été marqué par l’accès restreint aux soins et par la distinction entre les riches qui pouvaient se soigner correctement et les pauvres qui se retrouvaient dans des situations extrêmement compliquées, or je crois que la santé ne doit pas avoir de prix, j’en ai donc fait mon combat quand j’ai décidé de tout quitter pour faire médecine.

Tout a commencé en réalité quand j’étais enfant, ma maman était enceinte de ma petite sœur, elle a eu une hémorragie importante à la fin de sa grossesse, je me souviens qu’on s’était rendu en catastrophe via une voiture (en l’absence de « pompiers » ou de « SAMU » qui n’existent pas au Liban) vers l’hôpital le plus proche, c’était une clinique privée, l’entrée nous a été tout simplement refusée car il fallait que mon père prouve sa capacité à payer et rembourser les soins, ce n’était pas le cas, nous étions alors obligés de faire demi-tour, cette image et cette situation m’avaient choquées, attristées, et sont restées ancrées dans un coin de ma tête… C’est vraiment là où j’ai eu cette envie de faire médecine et où je me suis dit qu’il faut absolument que je parte ailleurs pour comprendre !

J’ai donc toujours voulu changer ça, je suis déterminé à le faire et cette volonté m’accompagne dans tous les projets que j’entreprends. En fait, à l’époque j’ai choisi la France car on m’avait dit que c’était le meilleur système de santé au monde, mais j’ai découvert après, lors de ma pratique médicale sur le terrain, qu’en réalité la France c’est le meilleur système de soins au monde et non de santé, c’est-à-dire qu’on te traite parfaitement si tu tombes malade à l’instant T, mais la gestion en amont et en aval de la maladie est très complexe et c’est pourtant là où se concentrent une grande partie de dépenses inutiles et évitables.

Ma conviction est que l’accès aux soins et à la santé dans les pays doit passer d’abord par le partage des données et un meilleur accès à une information médicale personnalisée, à une couverture maladie, à la prévention, au dépistage et à une éducation thérapeutique adaptée.

Animé par cette vision, j’ai entamé des études de médecine et je suis devenu chirurgien urologue après 15 ans d’études. Je suis aujourd’hui parfaitement trilingue (Français, Anglais, Arabe). J’ai obtenu mon doctorat avec la plus haute distinction « Mention Très Honorable avec les Félicitations du Jury », grâce à une thèse sur « La e-santé et les nouvelles technologies digitales au service du partage et de la structuration des données médicales », que j’invite à consulter ici (160 pages), où le modèle technologique de PassCare a été reconnu par mes pairs et validé académiquement et scientifiquement.

Dans le cadre d’un Diplôme d’Études Approfondies en Big Data et Intelligence Artificielle où je suis sorti Major en France, j’ai également travaillé sur un algorithme de prédiction du cancer du rein au CNRS. Mes travaux ont été récompensés par l’Académie Nationale de Chirurgie sur plus de 30 projets de recherche et ont été reconnus et présentés dans plusieurs conférences et congrès internationaux. J’ai ensuite été admis en Executive MBA Entrepreneurship et Innovation à HEC Paris.

J’ai réussi mon pari et j’ai même pu aider mes parents à créer et financer une marque de vêtements au Liban pour leur apporter un fonds de commerce et subvenir à leurs besoins.

Mon histoire a été remarquée en 2017 lors d’une conférence exceptionnelle devant 700 chefs d’entreprise au cinéma Luc Besson qui a fait décoller ma carrière.

J’ai été ensuite élu en 2019 entrepreneur de l’année par plus de 1000 chefs d’entreprises où j’ai parlé à nouveau de mon parcours et de l’évolution très positive de ma société.

Mes différentes vidéos et interventions sont vues, reprises et relayées des centaines de milliers de fois sur les réseaux sociaux, mes publications sur Linkedin par exemple atteignent près de 2 millions de vues.

Je suis considéré désormais comme un leader, un influenceur et pionnier dans le domaine de la e-santé, je suis aussi le fondateur et le porte-parole du Conseil National de la e-Santé ainsi que conférencier et membre du Board du eHealth World à Monaco. On m’a également demandé en 2016 de rédiger le programme sur l’avenir de la médecine et du système de soins pour l’un des candidats à la Présidence de la République.

Magazine Entreprendre - Adnan El Bakri - Révolution dans l'e-santé

J’ai rapidement compris que le seul moyen pour apporter des solutions concrètes était l’entrepreneuriat. J’ai donc quitté l’hôpital et laissé tomber un bon salaire et un bon statut après avoir compris et vu le fonctionnement du système, ses failles et ses limites. J’ai ensuite fondé la société InnovHealth en y mettant toute mon épargne (30k€) dont je suis actuellement le Président, pour pouvoir développer et commercialiser mon invention qui est un véritable Passeport Santé Numérique qui s’appelle PassCare, c’est un concept innovant et précurseur qui donne le pouvoir aux citoyens pour récupérer leurs données de santé instantanément. C’est une carte connectée à un logiciel interopérable, sécurisé, à usage universel, utilisant entre autres l’intelligence artificielle, et qui permet entre autres aux datas de sortir de leurs silos, de les structurer et de les rendre utiles et exploitables par des algorithmes collaboratifs et intelligents. Notre technologie a été multi-récompensée (EY, CNOM, Engie, Google, Graines de Boss, M6, Ministère de l’Économie…) dont plusieurs sélections au CES de Las Vegas. J’ai aujourd’hui une belle équipe qui m’entoure.

En réadaptant le marché biface décrit par le prix Nobel Jean Tirole, je propose via PassCare, un modèle économique et technologique en santé que j’ai appelé « modified two-sided market », qui prône le Business to People (BtoBtoC à double entrée), fondé sur de fortes valeurs sociales et éthiques (HtoH = Human to Human / Tech For Good).

Enfin, j’ai été naturalisé français au mérite par le Président de la République François Hollande à l’époque puis j’ai eu la Médaille de la Ligue Universelle du Bien Public membre de l’ONU ainsi qu’une décoration de la Garde Républicaine.

« La France m’a accueilli et m’a donné une chance et en partant de rien je me suis créé les moyens. Mon entreprise est valorisée à ce jour à 30 millions d’euros, je suis fier de ce que j’ai fait et surtout de la nationalité française acquise par mérite et grâce à la seule valeur du travail. »

J’ai envie de laisser une trace dans ce monde et j’aimerais pouvoir diffuser ce message pour dire aussi aux jeunes d’oser réussir, de persévérer, c’est souvent la dernière clé du trousseau qui ouvre la porte. Je n’ai jamais écouté les nombreuses personnes qui ont tenté de diminuer mes ambitions et qui ont essayé de me persuader que je n’allais pas y arriver, j’ai prouvé l’inverse, j’ai appris à rester positif, humble et avoir confiance en soi surtout quand on a entre les mains un trésor technologique et un modèle économique puissant comme le nôtre.

Les choses n’ont pas toujours été simples pour moi mais je suis toujours resté optimiste et persévérant, depuis que j’ai quitté mes parents, qui pleuraient mon départ à l’époque puisque j’étais l’ainé et le garçon sur qui ils comptaient, bien sûr je ne les ai pas déçu et j’ai tout fait pour les aider, mais j’ai besoin aujourd’hui de gens qui croient en moi, en mon équipe, et qui nous aident avec beaucoup plus de moyens pour que nous puissions aller loin dans ce que je veux mettre en place. Nous y arriverons dans tous les cas, je le sais, les vraies questions sont quand, comment, à quel prix, avec qui et à quelle vitesse…

Eu égard à la crise pandémique actuelle, entre autres, l’opportunité de diffuser mondialement notre passeport santé PassCare est réelle, il faut la saisir maintenant, notre technologie prend tout son sens et sa force face à la complexité de gestion de l’information médicale et paramédicale en santé publique, afin de donner la main aux citoyens et instaurer une communication digitale et intelligente entre eux et leurs professionnels de santé, d’où ma recherche actuelle de partenaires solides qui nous permettront de changer de dimension et de passer à cette échelle nationale puis internationale très vite.

Ma vie a été jusqu’à maintenant une succession de petites entreprises que j’ai toujours réussi, j’ai saisi toutes les opportunités et quand il n’y en avait pas j’ai fait en sorte d’en créer, j’ai traversé beaucoup d’obstacles, je suis prêt donc avec mon équipe à mener mon aventure actuelle jusqu’au bout c’est-à-dire à une réussite mondiale (objectif de valorisation à 1 milliard d’euros minimum pour devenir le premier network en santé et la plateforme de référence en médecine numérique d’ici 5 ans avant une éventuelle acquisition de la société ou introduction en bourse).